Cet article va vous présenter les clés de la guérison. Un soin bioénergétique respecte les clés de la guérison. C’est très important de les comprendre de garder les clés de la guérison pour son avancement.

Nous sommes comme des poupées gigognes, nos corps sont emboîtés les uns aux autres (physique, éthérique, astral, mental, causal et spirituel). Dans notre physique, la maladie est l’expression d’un problème non résolu au niveau des plans subtils. Cela vous est certainement déjà arrivé de vivre un conflit et les jours qui suivent d’attraper un mal de gorge ; ou encore d’en avoir plein le dos d’une situation et de vous faire un tour de rein, ou d’avoir un torticolis. Toute douleur est en lien avec un blocage émotionnel, et/ou une croyance mentale qui lui correspond. C’est une sorte de leçon spirituelle. La médecine conventionnelle se focalise sur le corps en souffrance sans prendre en considération nos corps subtils. Comme un iceberg, elle ne voit et traite que la partie visible. Bien sûr, un soin de bioénergie ne remplace pas l’avis d’un médecin, mais il peut être un atout bénéfique dans la guérison. Dans cet article, je vous en esquisse les principaux traits afin de vous présenter son action.

Lors des séances, je sensibilise la personne sur sa responsabilité. Elle doit vouloir vraiment guérir au sens spirituel. La leçon que son corps lui demande de comprendre doit être assimilée afin que la problématique ne réapparaisse pas. De plus, elle devra rester cohérente grâce aux clefs qui lui sont offertes pour son avancement personnel ; les ignorer, c’est engendrer un nouveau problème jusqu’à ce que ce soit acquis. C’est sur ce point que la bioénergie est différente des autres pratiques énergétiques. Par exemple, l’hypnose apporte un bien-être rapide. Les résultats positifs donnent l’impression d’avoir résolu son problème. En réalité, c’est une aspirine mentale qui déplace la perturbation vers un autre endroit du corps. La réelle problématique n’a pas été soignée et elle ressurgira de façon plus intense autrement. La leçon n’a pas été apprise, mais évitée. C’est comme si l’on avait collé un pansement sur une blessure sans la traiter. Cette pratique correspond à notre société actuelle qui n’a pas vraiment envie de se poser et de prendre pleinement conscience de ce qui ne va pas ; elle veut de la rapidité et des résultats sans effort. Un soin de bioénergie ne met pas de pansement, on fait face à la réalité. On retire les charges et permet la circulation d’énergie. Il se peut qu’après un soin ou dans les jours qui suivent, la personne ressente des courbatures, de la fatigue. Ce n’est pas négatif, au contraire, c’est l’énergie qui reprend sa place. Ce sont les charges abandonnées à la manière de poids qu’on laisse de côté pour se libérer.

La première étape de la guérison commence par la compréhension. C’est ici qu’intervient le bilan. Une personne qui ne voit pas ou fait un déni ne pourra pas comprendre. Par voie de logique, elle ne pourra pas emprunter le chemin vers la guérison. La seconde phase est celle de l’acceptation. À chaque fois que l’on est contre quelque chose, on émet de la résistance ce qui amplifie le problème. Lors de cette étape, on peut ressentir le besoin de partir en voyage pour prendre du recul et relativiser. Le troisième point concerne l’harmonisation ; on recherche ce qui fait du bien. Ce sont les thérapies, le reiki, l’acupuncture, l’ostéopathie… Ces pratiques effacent les symptômes et donnent l’impression que tout va bien. Ce n’est pas de la guérison, c’est de l’harmonisation, un problème évité. La vie ne change pas, on a les mêmes relations et fréquences vibratoires. La guérison arrive avec une prise de conscience à la quatrième étape : la transmutation. La mauvaise information est remplacée par une plus forte et plus positive. C’est la mort du problème. L’énergie n’est plus la même. L’ultime palier est celui de l’intégration. Lors de ce moment, les cellules du corps assimilent la nouvelle information. On peut l’aider avec de la marche, du sport, en prenant le temps pour soi et en respectant ses limites. On devient cohérent avec soi-même.

Lors d’un soin de bioénergie, on passe par toutes ces étapes, la formule magique est donc la suivante :
Compréhension + Acceptation + Harmonisation + Transmutation + Intégration = Guérison pour votre être !

Toutefois, avant que le physique ne s’exprime par de la douleur. C’est nécessaire d’écouter son ressenti, ses pensées pour agir en amont et garder une fluidité énergétique. Une pensée négative est déjà un signal, on ne doit pas la refouler par des récitations de pensées positives. C’est une forme de déni. Au contraire, c’est le moment de l’observer et comprendre pourquoi elle a été générée en se demandant ce qu’on pourrait changer : modifier ses habitudes, sortir de sa zone de confort, se positionner sur un sujet, agir au lieu de se voiler la face. Tout ceci doit être accompli sans jugement et en étant doux avec soi-même. C’est aussi une occasion de demander un soin de bioénergie pour s’accompagner vers le meilleur. Il permet de cibler le problème (émotionnel, mental ou ancestral) et de faire le ménage des différentes charges sur tous les corps subtils pour préserver une bonne fluidité énergétique et appréhender sa réalité en étant cohérent avec soi-même. Le chemin de vie sera définitivement changé pour le meilleur.

J’ai été formée par Stéphane Cardinaux et Catherine Anae Martin. Le cabinet se trouve au pavillon santé à Lausanne-Crissier.